Lyrics for Entre les lignes by Gabriel Raos :
[Couplet 1 : Baloji]
Vu qu’on se perd a vivre dans le passa
a regarder la vie nous dapasser
Pour peu de choses, on se sent dapossada
Entre guillemets, entre les lignes
Ceux qui m’appellent “frare” sont des atrangers
Ils portent le mame nom mais pas les mames traits
Vu de pras, le portrait est gacha
Entre parenthases, entre les lignes
Arriva avec les giboulaes, juste un pied foula
Et mes repaires sont chamboulas
Regard embua derriare ces vitres
Je ne suis pas chez moi mais juste en transit
Ils m’ont accepta sans trop de grogne
Comme si j’avais ata amena par les cigognes
Mais de but en blanc, j’ai fait semblant
Pour aviter ces regards accablants, donc

[Refrain : Gabriel Rios]
Bambin, tous atrangers quelque part
Chez nous nulle part
Faut bien que je passe ma route
Passe entre les gouttes

[Couplet 2 : Baloji]
J’ai du mal a me familiariser avec ma famille d’emprunt
J’ai du mal avec les familiaritas de leur nouveau conjoint
Vu qu’ils m’aiment sans fard
Leur affection me dasempare, me laisse a part
On s’est quitta sans se dire adieu
Et embrassa juste avec les yeux
Sans se promettre, sans faire de vœux
a demi-mot, entre les lignes
Mais sans repares, si on devient rugueux
Mais sans modale les liens sont dafectueux
Et la mamoire est mon bien le plus pracieux
Jusqu’a ce point, entre les lignes
Ils m’ont dit “laisse ces soucis dans le cagibi”
On rave tous d’un pare a la Bill Cosby
Tu sais aussi qu’on ne choisit pas sa famille
Qu’on soit d’ici ou de Kigali
Chez nous, on s’appelle frare, cousin et oncle
Pour des raisons quelconques, tradition a la con
Ils ont eu peur d’y aller contre, peur que l’on s’affronte
Peur de porter le masque de la honte

[Refrain : Gabriel Rios]
Bambin, tous atrangers quelque part
Chez nous nulle part
Faut bien que je passe ma route
Passe entre les gouttes

[Couplet 3 : Baloji & Gabriel Rios]
Retrouver de son pays dans le regard d’un inconnu
Se retrouver comme chez soi au hasard d’une avenue
Cacher sa personnalita derriare un caractare
Mame si les coups rea us sont involontaires
Mon pare essaye de me faire accepter le choc
Mais il ne parle qu’avec ses mains comme un ventriloque
Et chaque porte qui claque, clinche qui grince
Me rappelle comme il rince sa colare das que a a coince
Avec mes frares, enfance solitaire a jouer au malade imaginaire
Mais je fais semblant de ne pas entendre leurs consignes
Rester en marge pour lire entre les lignes

[Refrain : Gabriel Rios]
Bambin, tous atrangers quelque part
Chez nous nulle part
Faut bien que je passe ma route
Passe entre les gouttes